La FAQ ( questions/réponses ) | La Fed’ : Fédération des tutorats santé ( PACES ) de l’Université Montpellier 1 ( UM1 )

Bonjour,

On va reprendre deux trois points puis répondre à ta question.

L’ARNm se lie de 5′ en 3′. L’ARNt doit traduire l’information portée par l’ARNm. Or l’ARN et l’ADN forment des doubles brins de sens contraire. L’ARNt va donc s’aligner dans l’autre sens.

Ainsi :

Dans le sens 5′-3′, si l’ARNt a comme anti-codon (les bases portées qui s’apparient) :5′ AUG 3′. Alors le G sera en face de la premiere base du codon de l’ARNm, le U en second et le G en troisieme.

C’est clair pour ça ?

Si oui, continuons.

On a vu comment s’appariait notre ARNm et noter ARNt. C’est à dire en sens contraire. Mais il faut rajouter une derniere donnée, l’ARNt sera courbée et la distance avec la premiere base de l’ARNm sera moins importante que la deuxieme et encore plus de la troisieme.

Donc la troisieme base du codon est plus éloignée de sa base correspondante (premiere sur l’ARNt si tu as bien suivi !!).

Les liaisons faibles sont donc modifiées. Ainsi, un appariement canonique n’est pas obligatoire. Tu peux avoir un appariment un peu moins net, c’est le Wobble (=trenblement, pas très stable comme appariement).

Dans le Wobble, cette base de l’anticodon peut reconnaitre différente base de l’ARNm si les deux premieres correspondent. Ainsi un ARNt si il met en jeu une base du wobble qui reconnait plusieurs bases peut reconnaître différents codons !

C’est la dégénérescence des codons !

Bonnes révisions

Tuteur Stagiaire en UE1